+ 31°C
logo The Real Madagascar

L’Arbre sacré de Mahatsinjo | Nosy be

Address
Mahatsinjo
See more information

L’Arbre sacré de Mahatsinjo | Nosy be

Un détour à ne pas manquer, localisé entre Hell-Ville et le port du Cratère, accessible par voiture, moto ou vélo.

Une magnifique petite forêt d’où jaillit un gigantesque figuier banian. C’est un endroit où l’on vient pour prier. Le blanc et le rouge sont les couleurs de la royauté Sakalava.

 

À Nosy Be, la population est à majorité Sakalava. Dans la croyance traditionnelle de cette ethnie, les hommes meurent, mais leurs esprits se réincarnent dans des animaux. Ainsi, une famille de lémuriens et divers reptiles vivant dans la petite forêt sont respectés par les Saka­lava.

 

C’est sous un arbre similaire que Bouddha aurait eu une illumination divine, en 528 avant notre ère. De fait, le banian est devenu sacré pour les bouddhistes et les hindouistes à partir du moment où Gothama, le fondateur du bouddhisme, y a reçu l’illumination divine, après y avoir médité pendant plusieurs jours sans manger ni bouger.

 

« Ce n’est pas l’arbre qui est sacré mais plutôt l’endroit, car le banian est déjà sacré depuis l’Inde », révèle Jacques Zeny, directeur du site de Maha­tsinjo.

 

En 1837, quand les Hindous ont débarqué à Nosy Be, ils ont offert une pousse de cette plante à la reine Tsiomekon à la tête de 12 000 hommes et arrivée en même temps qu’eux. Elle a alors ordonné de planter cette pousse à Mahatsinjo afin de marquer sa première installation dans l’Île aux parfums. C’est la raison pour laquelle cet endroit sacré de Mahatsinjo est à la fois historique, cultuel et culturel.

 

Les Sakalava y viennent pour prier, pour demander bénédiction, santé, progéniture, et richesse. Car ils croient que les esprits des « razana » ne restent pas dans le tombeau mais ils veulent faire le va-et-vient entre leurs sépultures et les lieux sacrés comme celui de l’Arbre sacré.

 

Ils se réincarnent alors sur la personne appelée « mé­dium », et ce dernier joue le rôle d’intermédiaire auprès de ces mânes. 

 

Cette véritable religion traditionnelle très enracinée à Nosy Be qu’est le culte de la possession ou «Tromba » se caractérise par une domination inexpliquée exercée sur un être humain par des puissances occultes. Ces dernières peuvent néanmoins être exorcisées lors d’une cérémonie appelée « rombo tromba », durant laquelle on enchaîne d’une manière intensive chants, danses, visites de lieux sacrés, et même de tombeaux royaux.

 

Sur place se trouve également un petit musée culturel et historique sur Nosy Be et une boutique avec des objets typiques malgache, un sentier botanique. Un guide sur place vous expliquera absolument tout ce que vous voulez savoir, l’entrée coûte 5 000 Ariary par personne.


Avis

( 0 )
basé sur 0 avis
Qualité
( 0 )
Emplacement
( 0 )
Service
( 0 )
Prix
( 0 )
Ambiance
( 0 )

    Il n'y a pas encore de commentaire.